On connait tous ces règles du web sans lesquels on serait tous repassés à la case départ quand on se frotte à Google. Eh oui, ce sont ces secrets du référencement qu’on utilisait depuis aussi longtemps qu’internet existe. On ne va pas se mentir : ça reste pratique de les avoir sous la main, même s’ils n’ont pas beaucoup évolué.

Eh bien, en 2016, il y a bel et bien du changement au niveau du référencement web ! Ça fait du bien, et on va enfin pouvoir se lâcher sur certains points. Je vous dis tout ce qui a pris un coup de neuf à compter de cette année.

Fini les articles de 500 mots

Qu’on se le mette en tête : le gros mythe sur les articles qui ne doivent pas faire plus de 500 mots est bel et bien fini ! Ça tombe bien, je commençais à en avoir par-dessus la tête de celui-là. À partir de 2016 donc, vous n’avez plus l’obligation de limiter vos contenus pour qu’ils n’aient pas un caractère en trop.

C’est plutôt pas mal, quand on sait que ça aide à rédiger des textes bien ciblés, avec un contenu détaillé. Une mesure que je trouve particulièrement intéressante pour les sites qui veulent étendre leurs sujets pour donner le max d’infos. Parce qu’il faut bien reconnaitre que les internautes sont de plus en plus nombreux à vouloir des textes qui puissent les renseigner sur tous les aspects de leurs sujets de prédilection !

seo-web

On optimise pour le mobile

Fini le temps où la disponibilité d’un site sur mobile se résumait à une option qu’on pouvait prendre ou non. Avec l’évolution des terminaux portables, je ne pense pas qu’on puisse encore se permettre d’ignorer les internautes qui naviguent exclusivement depuis leurs mobiles.

Google n’a pas mis longtemps à reprendre la balle au bond ! Le géant a déjà inclus des notifications Adsense pour faire savoir que la navigation sur des terminaux mobiles serait maintenant un critère de référencement à part entière.

2 commentaires

  1. Je pense que la navigation mobile est l’avenir du net. À part les adeptes de game online, je ne crois pas qu’il y ait encore de nombreuses personnes qui passeront leur temps sur internet depuis un ordi depuis quelques années.

  2. Je ne saisis pas trop la mythique obligation passées de limiter ses contenus. En tout cas bien avant 2016 je ne me limitais surtout pas à cette limite. Le principal cadre à mon sens est de penser au lecteur. Il ne sert à rien d’écrire pour ne rien dire. Si l’information ne peut-être traitée qu’avec un article court, il ne sert à rien de « blablater ». SI au contraire on a beaucoup d’informations utiles à donner, autant y aller.
    Pour ce qui est du SEO, développer de façon cohérente un article permet de positionner son mots clés et son champ lexical, de thématiser au mieux son article pour que le sujet soit compris par Google (et autres).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *