En théorie, recruter est facile ! Il suffit de prendre un Cv qui a l’air tout bon et de vérifier que le candidat est bien celui qu’il prétend être avant de l’engager. Quand vous vous retrouvez vraiment à devoir recruter sans vous tromper, vous vous rendrez compte que c’est loin d’être de la tarte.

Parce que je sais que beaucoup de recruteurs damneraient presque le ciel pour en finir au plus vite, j’ai décidé de parler de la face cachée du recrutement. À voir si vous avez envie de procéder sans perte de temps.

 job

Sélectionner le bon CV

Un CV qui en vaut la peine n’est pas forcément le plus long ni le plus détaillé. Je dirais que ça dépend plutôt de ce que vous cherchez. Avant d’éplucher les candidatures qui trainent sur votre bureau, pensez à établir des critères qui vous aideront à y voir plus clair.

Est-ce que vous avez plutôt besoin de quelqu’un qui puisse se mettre au travail tout de suite ? Si tel est le cas, vous allez aussi devoir compter les sous qui vont avec. Parce qu’une personne avec de l’expérience ne travaillera pas pour le même salaire qu’un débutant.

Dans le cas où vous n’avez pas les moyens de payer très cher pour un employé, les CV avec moins de références sont à privilégier. En revanche, il faudra prévoir quelques heures de formation avant que le nouveau venu ne puisse vraiment intégrer son poste.

Comment reconnaitre le candidat qu’il vous faut ?

Ici, les choses seront légèrement plus compliquées. Reconnaitre le bon candidat au premier abord est du domaine de l’impossible. Je vous conseille d’accorder quelques (longues) minutes à chaque candidat pour savoir ce qu’ils ont vraiment dans les tripes.

Pas question de parler pour ne rien dire ! Votre but est de voir ce qui les motive, mais aussi de déterminer leur degré de motivation. En les faisant parler, c’est certain que vous arriverez à peu près à cerner la personnalité de chacun. Ça vous donnera des indices pour dénicher celui qu’il vous faut.

One Comment

  1. J’ai du mal à comprendre pourquoi les entreprises sont si nombreuses à refuser les jeunes diplômés alors que la plupart refuse de payer un salaire convenable à ceux qui sont là depuis des lustres. Les recruteurs devraient avant tout se poser les bonnes questions pour rester crédible s’ils veulent des gens compétents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *